•  

      

     

     

    Prends ma main.

    Ne la lâche pas.

    J’écouterai ce que tu as à me dire.

    Si tu préfères te taire, j’écouterai ton silence.

    Si tu ris, je rirai avec toi, mais jamais de toi.

    Si tu es triste, j’essaierai de te consoler.

    Je ferai pour toi des bouquets de soleil.

    J’allumerai des feux de joie là où chacun ne voyait plus que des cendres.

    Si je n’ai qu’une rose, je te la donnerai.

    Si je n’ai qu’un chardon, je le garderai pour moi.

    Je te donnerai ce qui te plaît, ce qui te rassure le plus, ce que je possède.

    Si je ne le possède pas, j’essaierai de l’acquérir.

    Donne-moi la main.

    Nous irons où tu voudras.

    Je te ferai entendre la musique que j’aime.

    Si tu ne l’aimes pas, j’écouterai la tienne.

    J’essaierai de l’aimer.

    Je t’apprendrai ce que je sais, c’est peu.

    Tu m’apprendras ce que tu sais.

    C’est beaucoup.

    Prends ma main.

    Cinq doigts refermés autour des nôtres, c’est le plus beau cadeau du monde.

    Cela nous préserve de la peur, de l’abandon, du doute.

    Une main offerte, c’est un nouveau monde.

    Deux bras ouverts, c’est le miracle.

    Je te prêterai un peu de ma folie.

    Enseigne-moi un peu de ta sagesse.

    Un peu, mais pas trop.

    Quand tu me verras raisonnable, si je le deviens jamais, rends-moi, s’il te plaît, un peu de ma folie.

    Efface de ma vie les gestes inutiles, les gestes sans amour.

    Il n’y a plus de gestes inutiles quand ils servent à la joie.

    Tu es toi.

    Je suis ce que je suis.

    Je ne troublerai pas ta musique intérieure.

    Ne dis pas que je fais des fausses notes si je ne pense pas comme toi.

    Mettons notre orgueil sur la paille.

    Tâchons d’apprendre l’humilité.

    Qu’importe les mots !

    L’essentiel est bien au-delà des formules.

    Ce que je t’offre aujourd'hui, c’est quelque chose que ni le temps,

    ni les rides, ni les infirmités ne pourront abîmer.

    C’est mon cadeau à moi, le seul que je puisse t’offrir, le seul que tu attends peut-être.

    C’est le don de ceux qui ne peuvent vivre sans aimer.

    Prends ma main.

    Apprenons en ce jour le chemin qui mène à la tendresse."

     

    Simone Conduché .

     

    Prends ma main...

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    J'ai mis mon cœur en grève,

    je lui ai demandé de faire une pause le temps de souffler,

     le temps de guérir et de réapprendre à vivre.

    J'ai mis mon cœur à l’arrêt,

    comme si je l'avais déjà trop usé, 

    comme s’il avait déjà trop souffert

    Ensuite ...

    je lui ai dit que dorénavant il devait être prudent,

    pour l’avenir, qu'il devait arrêter de tambouriner,

    pour un oui pour un non, pour un rien.

    Je lui ai demandé également d'essayer de faire la part des choses.

    Oui je lui ai dit d’arrêter de croire aux jolis mots et de ne regarder que les belles attentions mais là aussi avec précautions.

    Pour qu'il sache dorénavant détecter tout ce qui n'allait pas, pour m'éviter de pleurer ...

    De me mettre dans tous mes états.

    Et puis ...

    au bout d'un moment, je me suis dit, qu'il s'était assez reposé, qu'il pouvait repartir maintenant.

    Je lui ai dit ...

    Allé mon doux cœur toi qui n'est que douceur ...

    Remet toi en route et évite moi les doutes ...

    Mais reste sur le qui-vive ...


    Les Mots du Cœur.



    @maryse31

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

       

     

    C'est quand la distance s'impose que l'amour transparaît le plus.

     

    Ce sont les souvenirs qui reviennent en mémoire,

     

    ces petits morceaux de nous éparpillés chez l'autre,

     

    ces regards,

     

    ces rires et les perles nacrées de la tristesse d’un au revoir,

     

    la chaleur de sa main, la tendresse d'un matin, un silence complice …

     

    toutes pensées nous font vivre ce manque,

     

    ce petit vide discret qui ronronne en nos cœurs, dans chaque seconde,

     

    chaque instant , chaque lieu ...

     

    On croit entendre une voix mais ce n’est que le vent…

     

    Et tout devient violent quand la nuit tombe enfin.

     

    Et l'on crie à la lune toute notre détresse,

     

    la ronde de ces questions qui n’ont aucune réponse,

     

     

    et les heures traîtresses se troublent d’incertitudes.

     

     

    Le rêve perd ses étoiles quand l’amour est si loin.

     

     

    Qu’elle est pesante la solitude de l’absence…

     

    Texte trouvé sur le net

     



    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     


     

     

    Il n'y a pas de femmes belles ou de femmes moches,

    il y a des femmes heureuses et toute la beauté est là. 


    Quand une femme est heureuse, elle brille. 


    Et vous devez briller ! ....

     

     

    Certaines émotions ne se contrôlent pas, elles bouleversent votre cœur,

    traversent l'âme, laissent une marque profonde, indélébile.


    Certaines émotions vous mettent à nue,

    assoiffée,

    droguée,

    intoxiquée d'amour ...

     

     

    Ceux qui vous détestent, ce sont des admirateurs secrets

    qui ne peuvent pas comprendre pourquoi tant de gens vous aiment ...

     

      

    Une femme comme moi doit toujours avoir de bonnes raisons de rester...

    Elle est toujours prête à partir si elle ne se sent pas aimée, comprise,

    désirée, appréciée.

    Elle n'a pas peur d'être seule, c'est tout.

    Elle sait ce que signifie aimer, elle sait ce que signifie mourir par amour.

    Une femme comme moi n'est qu'un sourire dans le vent, une caresse au bord du cœur, un frisson de mille émotions.

    Une femme comme moi peut être une chance ou un regret,

    mais jamais un oubli.

    Un tendre coquelicot né sur le roc de l’imprévisibilité et de l’intransigeance

    ou une marguerite dans un pré de sérénité et de certitudes.

    Une femme comme moi n’est que le « elle » qui se rencontre qu’une fois

    et plus jamais....

     

     

    Qu’elles sont belles ces personnes qui viennent vous chercher où

    les autres ne savent même pas vous trouver !


    Qu’elles sont belles ces personnes qui n'attendent pas un message

    pour vous rencontrer !


    Qu’elles sont belles ces personnes qui vous font sourire

    quand l’envie de sourire a disparu !


    Ce sont de belles personnes.

    Vraies, avec un cœur immense ;

    celles qui sont soleil même un jour de pluie ....

     

     

    La complicité, c'est ressentir les mêmes choses,

    celles que les autres ne peuvent pas percevoir...

     

     

    La chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand 


    quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas 


    comme des catastrophes dans votre âme mais simplement 


    comme des fissures dans lesquelles mettre son amour ...

     

     

     

     

    @maryse31

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     

       

    Nous ne faisions que discuter bien sagement,

     

    mais pendant ce temps-là,

      

    au-dessus de nos têtes,

     

    nos âmes s'embrassaient déjà...

     


    V. H. SCORP

     

    Nos âmes....

     

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires