•  

     

     

    Quelqu'un meurt...

     

     

    Quelqu’un meurt, et c’est comme des pas qui s’arrêtent.


    Mais si c’était un départ pour un nouveau voyage ?

     

     

    Quelqu’un meurt, et c’est comme un arbre qui tombe.


    Mais si c’était une graine germant dans une terre nouvelle ?

     

     

    Quelqu’un meurt, et c’est comme une porte qui claque.


    Mais si c’était un passage s’ouvrant sur d’autres paysages ?

     

     

    Quelqu’un meurt, et c’est comme un silence qui hurle.


    Mais s’il nous aidait à entendre la fragile musique de la vie ?  

     

    Benoît Marchon

     

     

    Quelqu'un meurt...

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Après quelque temps,
    Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.


    Et tu apprendras que aimer ne signifie pas s’appuyer,

    et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.


    Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats,

    ni des cadeaux, ni des promesses…


    Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte,

    et non avec la tristesse d’un enfant.


    Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins,

    parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation

    des projets, et que le futur a l’habitude de ne pas tenir ses promesses.


    Après un certain temps,

    Tu apprendras que le soleil brûle si tu t’y exposes trop.


    Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois,

    et que tu auras à leur pardonner.


    Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l’âme.


    Tu apprendras qu’il faut beaucoup d’années pour bâtir la confiance,

    et à peine quelques secondes pour la détruire, et que,

    toi aussi, tu pourrais faire des choses dont tu te repentiras

    le reste de ta vie.


    Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation.

    Et que ce qui compte, ce n’est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie.


    Et que les bons amis sont la famille qu’il nous est permis de choisir.


    Tu apprendras que nous n’avons pas à changer d’amis,

    si nous acceptons que nos amis changent et évoluent.


    Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami

    en faisant n’importe quoi, ou en ne rien faisant,

    seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.


    Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes

    qui nous importent le plus ;

    et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons,

    car nous ne savons jamais si c’est la dernière fois que nous les voyons…

    Tu apprendras que les circonstances, et l’ambiance qui nous entoure,

    ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables

    de ce que nous faisons.


    Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres,

    sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.


    Tu découvriras qu’il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne

    que tu désires être, et que le temps est court…


    Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront.


    Et qu’être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité :

    car peu importe à quel point une situation est délicate ou complexe,

    il y a toujours deux manières de l’aborder.


    Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu’il était nécessaire de faire,

    en assumant les conséquences.


    Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique.


    Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu’elle te piétinera si tu tombes,

    est l’une des rares qui t’aidera à te relever.


    Mûrir dépend davantage de ce que t’apprennent tes expériences

    que des années que tu as vécues.

    Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.


    Tu apprendras qu’il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises,

    car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie

    s’il te croyait, car cela lui enlèverait l’espérance!


    Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit,

    mais cela ne te donne pas le droit d’être cruel.


    Tu découvriras que, simplement parce que telle personne

    ne t’aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu’elle ne t’aime pas autant

    qu’elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment,

    mais qui ne savent pas comment nous le prouver…


    Il ne suffit pas toujours d’être pardonné par les autres,

    parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même…


    Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres,

    toi aussi tu seras jugé et parfois condamné…


    Tu apprendras que, peu importe que tu aies le cœur brisé,

    le monde ne s’arrête pas de tourner.


    Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière.

    Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d’attendre

    que les autres te portent des fleurs…


    Alors, et alors seulement, tu sauras ce que tu peux réellement endurer ;

    que tu es fort, et que tu pourrais aller bien plus loin que tu le pensais

    quand tu t’imaginais ne plus pouvoir avancer !


    C’est que réellement, la vie n’a de valeur que si tu as la valeur de l’affronter....!!!

    (source : si seulement)

     

    A méditer...

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

       

    Lettre à mon corps...

    “ Bonjour mon corps,


    C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien je te remercie

    de m’avoir accompagné si longtemps

    sur les chemins de ma vie. Je ne t’ai pas accordé l’intérêt,

    l’affection ou plus simplement le respect que tu mérites.


    Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de reproches violents,

    ignoré par des regards indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes.

    Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi.

    Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému,

    je te redécouvre avec tes cicatrices

    secrètes, avec tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités.

    Je me surprends à t’aimer, mon corps, avec des envies de te câliner,

    de te choyer ou te donner du bon.

    J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner des fleurs

    et des rivières sur ta peau,

    de t’offrir du Mozart, de te donner les rayons du soleil et de

    t’introduire aux rêves des étoiles.

    Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

    Mon corps, je te suis fidèle.

    Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour.

    Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps.

    Que tu prenais soin de moi, que tu respectais ma présence.

    Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître,

    pour me laisser être,

    pour me laisser grandir avec toi !

    Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie !


    Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.

    Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune….

    Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble. “

     

    Jacques Salomé

      

    Lettre à mon corps...

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Pour Toi qui est parti trop tôt....

     

     Tu aurais pu vivre encore un peu
    Pour notre bonheur pour notre lumière
    Avec ton sourire avec tes yeux clairs
    Ton esprit ouvert ton air généreux

    Tu aurais pu vivre encore un peu
    Mon fidèle ami mon copain mon frère
    Au lieu de partir tout seul en croisière
    Et de nous laisser comme chiens galeux

    Tu aurais pu vivre encore un peu

    T'aurais pu rêver encore un peu
    Te laisser bercer près de la rivière
    Par le chant de l'eau courant sur les pierres
    Quand des quatre fers l'été faisait feu

    T'aurais pu rêver encore un peu
    Sous mon châtaignier à l'ombre légère
    Laisser doucement le temps se défaire
    Et la nuit tomber sur la vallée bleue

    T'aurais pu rêver encore un peu

    Tu aurais pu jouer encore un peu
    Au lieu de lâcher tes boules peuchère
    Aujourd'hui sans toi comment va-t-on faire
    Dans notre triplette on n'est plus que deux

    Tu aurais pu jouer encore un peu
    Ne pas t'en aller sans qu'on ait pu faire
    A ces rigolos mordre la poussière
    Avec un enjeu du tonnerre de Dieu

    Tu aurais pu jouer encore un peu

    On aurait pu rire encore un peu
    Avec les amis des soirées entières
    Sur notre terrasse aux roses trémières
    Parfumée d'amour d'histoires et de jeux

    On aurait pu rire encore un peu
    Et dans la beauté des choses éphémères
    Caresser nos femmes et lever nos verres
    Sans s'apercevoir qu'on était heureux

    On aurait pu rire encore un peu

    Tu aurais pu vivre encore un peu
    Ne pas m'imposer d'écrire ces vers
    Toi qui savais bien mon ami si cher
    A quel point souvent je suis paresseux

    Tu aurais pu vivre encore un peu

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    L'amitié c'est...

     


    L'amitié c'est savoir tendre l'oreille sans juger

     

    Ouvrir son coeur à l'autre, vraiment écouter

     

    Partager ensemble ses joies, ses peines et ses doutes

     

    Aimer sans arrière pensée, juste suivre la même route


    Trouver et prêter une épaule pour consoler


    Caresser une main par pure bonté


    Se faire des petites confidences


    Se comprendre et être en totale connivence


    C'est aussi rêver, sourire et rire


    Partager son bonheur et ses délires


    Attraper la main de son ami(e)


    Lui redonner ses ailes, le sens de la vie


    La vraie amitié, de jour en jour, s'épanouit


    Telle une rose mais sans jamais faner


    C'est comme un merveilleux jardin fleuri


    Où il fait tellement bon de se reposer.

     

    Texte trouvé sur le net

     

     

    L'amitié c'est...

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires